17/11/2003

les petites choses

Les petites choses: une à une fixer les étoiles au ciel de mes nuits, allumer celles que j'ai laissées s'éteindre, avoir une pensée sincère, prendre le temps, accomplir les gestes simples.

Retour au primitif. D'abord un peu de papier prestement en boules serrées déposé, déchirer et ajouter un peu de cartons, de sciures, et puiser dans les brindilles glanées au cours d'une promenade passée. Tout est préparation et patience. Avoir froid n'est plus un problème quand on soupçonne l'idée du feu qui va naître. Il faut juste être patient et prendre son temps, ne pas "brûler" les étapes. Chaque chose a sa place. S'accroupir. Réfléchir. Craquer une allumette. Regarder, admirer la flamme fragile, sauvage et domestique qui se plie, qui se tord, qui s'étire, qui se gave d'un petit bout de bois. La porter avec précaution, la caresser au papier, rester accroupi et la regarder grandir, s'émerveiller et deviner l'orangé qui brille au fond de nos yeux. Porter un regard, le regard qu'ont ressenti des milliards d'Hommes. Sourire. Sourire pour rien. Sourire d'un rien, d'un rien qu'un petit feu qui réchauffe déjà, par son unique présence, le vide et le froid.

Imaginez! Imaginez-vous être moi… Imaginez-vous être un mot, une phrase, un verbe… Lequel seriez-vous?

Le bruit du vent, le bruit du silence, bruit en résonance sans consonance du bois qui craque et qui s'éclate…

Rien n'est plus simple que d'allumer un feu… Il faut juste savoir pour qui ou, pourquoi, cette nécessité nous habite parfois…

 

Sous influence musicale

Icebreaker International & Manual, "Into Forever", morr music


19:24 Écrit par jibi | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

... Le bruit du silence ... je prends ;)

Écrit par : Mel | 17/11/2003

Vous en reprendriez bien encore un peu? je t'en prie, Mel, sers-toi! ;-)

Écrit par : jibi | 17/11/2003

... le bruit du froid peut être...

Écrit par : bidouille | 17/11/2003

le bruit du froid... j'y sens de la rugosité, des froissements... mais aussi, curieusement, du bouillonnement...

Écrit par : jibi | 17/11/2003

... Bonjour JiBi...Je passe...en silence...

Écrit par : sioran | 19/11/2003

cendres Depuis que l'Homme a poussé son premier cri, sa quête a été d'entretenir la flamme : celle qui brûle au fond de notre âme, celle qui nous consumme inexorablement. Le souci quotidien de notre vie terrestre est d'alimenter cette ogresse.Moi, certains soirs, je fais la grève de la faim...

Écrit par : laptitelady | 19/11/2003

... un verbe ? danser ! ;-)

Écrit par : jerome | 20/11/2003

la flamme en son âme... - lapetitelady: entretenir la flamme au fond de notre âme, la sentir poindre dans la nuit quand, par un sourire, elle se fait moins ténue... L'Homme a conquis l'espace, a parcouru le monde et échaffaudé milliards d'hypothèses. Aujourd'hui, il s'enferme dans des cités de verres et de rêves... Connait-il encore, pour certains, le plaisir simple d'une flamme scintillante perchée sur un soupçon d'âme?

Écrit par : jibi | 24/11/2003

Eh bien danser, maintenant... - Jerome: Quand on me parle de danse, je repense toujours à un texte en latin que j'avais du traduire en rhétorique (je pense). Le "héros" se prénomait, un nom que je n'oublie jamais, Horatius Cocles (par contre l'auteur émérite de ce texte reste vainement perdu dans le styx de ma mémoire...). Je me souviens qu'il était dit que Horatius (je me permets de l'appeler par son prénom, j'éprouve en effet énormément de sympathie à son égard) était "un danseur". Ce trait était, pour moi, une qualité, un gage de respectabilité et cela l'est devenu plus encore quand, pour mon "cher et tendre" professeur (dont je tairai le nom, témoignant ainsi, par l'absence, le manque total de sympathie que j'eus à son égard), il fallait y traduire que cela signifiait que Horatius était un être dépravé, aimant la bombance, et que le vin en jarre entière, dont il s'abreuvait, le conduisait inexorablement à pratiquer quelques pas de danse la nuit tombant...
Si c'est cela, être un danseur, alors oui, je signe des deux mains, et j'encourage ripailles pour tous et toutes le week-end prochain! ;-)

Écrit par : jibi | 24/11/2003

... l'excès comme religion
la fête comme grand messe.
;-)

Écrit par : jerome | 25/11/2003

.. Lisez Omar Khayam :)
" Les Rubbayats"
Pardon pour l'orthographe ;)

Buvons une bonne coupe de vin et chantons :) et dansons ( j'aime danser.. je dois être une paillarde .. rire )
Amitiés JiBi

Écrit par : Mel | 26/11/2003

religion l'excès comme religion, la fête comme grand messe...
j'entends le rire des filles, les verres qui trinquent, la nuit est belle et tiède, éclairée par des lucioles...
prends-moi la main, qui que tu sois, et prions ensemble que Dieu nous pardonne

Écrit par : laptitelady | 30/11/2003

hhhhhhhh nuullllllllllll

Écrit par : hhhhhhhhhhhhhhh | 22/03/2005

Les commentaires sont fermés.