12/07/2003

Invitation

Il ne se passe rien.

J'inspire.

Je retiens mon souffle.

J'expire.

J'hésite.

Il ne se passe toujours rien.

Qu'écrire?

Je prends en vrac les idées qui passent…

Les mots s'abattent sur la table, et s'écrasent en de lourdes connotations.

Les mots éclatent en fragments épars dans le tumulte de mes pensées.

Parler du bonheur? Parler de mon incertitude? Parler de la vie, des projets? Parler de moi?

Tout cela ne me semble que si peu intéressant…

Si vide ou si creux.

Je crains que cela ne suscite l'intérêt…

Parler de l'amour, des beaux jours? Parler de la folie, de la rage? Parler de la peur, de l'espoir, du regret?

Il y a tant de sujets…

J'erre à travers les mots et je m'épuise. Je m'escrime à vouloir parler de tout sans vraiment parvenir à sonder l'essence.

C'est le problème du choix.

Le choix de prendre une direction et de s'y tenir.

Le choix de poser des actes clairs et précis.

Le choix de condenser en une geste cynique l'épique platitude de ma vie.

Décontenancé par le désir inassouvi d'écrire, je pose ce petit brin d'amertume sous votre regard attentif…

Je vous le confie doucement comme un chocolat intense qu'une attention délicate a disposé sur votre oreiller, invitation pour une douce et belle nuit.

Je suis seul face à cet écran.

Il ne se passe rien,

Je m'interroge:

Comment pourrait-il en être autrement?

 

Sous influence musicale

Toru Takemitsu, "Requiem for strings" 1957 , "November Steps" 1967



18:12 Écrit par jibi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

incertitude, ... et j'aime la petite allusion au chocolat.
Je suis passée avec plaisir et il est temps de faire dodo.

Écrit par : francine | 13/07/2003

Les commentaires sont fermés.